Disclaimer : Tout est à la BBC sauf Eolhsand et Sweostor. Yvain appartient à la légende Arthurienne et n'est pas encore apparue dans la série.


Scène 2 : Signe


« C'est toujours comme ça ? » demanda Yvain à Sir Léon.

Le Chevalier sourit.

« Oui mais c'est beaucoup moins visible au Château. »

Yvain avait vraiment du mal à s'y faire. Il n'avait jamais vu un serviteur aussi insolent. Au château de son père, les serviteurs se montraient souvent familier ; leur fief était minuscule ; mais ils restaient toujours respectueux envers leur Seigneur et sa famille.

Étrangement, cette insolence avait plu à Léodagan et c'était peut-être l'une des choses qui l'avait décidé à confier son fils, le seul héritier de Carmélide, au Prince Arthur Pendragon. Léodagan était sûre que son fils deviendrait un bon Chevalier mais il serait encore meilleur si on le plaçait sous la tutelle des Pendragons. Yvain avait aussi besoin d'un changement d'air. Il voulait tellement prouver sa valeur et son courage... Au point de désobéir constamment à son père. Le jeune Pendragon pouvait peut-être y mette bon ordre et puis Yvain l'admirait tellement. Il n'allait sans doute pas chercher à lui désobéir trop souvent. (1)

« Pourquoi le Prince le laisse-t-il faire ça ?

-Demande-le lui. »

Yvain lança un regard effaré à Léon.

« Je ne peux pas ! Je ne peux pas déranger le Prince pour ça !

-Yvain, le Prince ne... »

Léon s'interrompit. Il venait d'apercevoir Merlin et ce qui était en train de se passer sous ses yeux étaient beaucoup trop étrange pour qu'il continue d'émettre le moindre son.

Merlin était accroupi et il observait quelque chose qui se trouvait sur le sol d'un air soucieux. La scène n'aurait rien eu d'anormal sans la chouette grise ou brune tachetée de blanc qui se trouvait sur son épaule. Que faisait donc cette chouette ici ? Sur sur épaule ?

Le jeune homme regarda l'animal. La chouette s'approcha un peu plus de son visage et toucha sa joue avec son bec verdâtre. Merlin ferma à demi les yeux et pendant un court, très court, instant, sir Léon crut y apercevoir un reflet d'or.

Le Chevalier regarda Yvain. Avait-il vu la même chose que lui ?

L'enfant fit un pas en avant. Peut-être la chouette allait-elle venir sur épaule à lui aussi ? Elle n'avait pas du tout l'air sauvage.

Une brindille se brisa sous le pied du page d'Arthur. La chouette se tourna brusquement vers le Chevalier et l'enfant. Elle plongea son regard d'or dans celui d'Yvain puis elle s'envola.

Merlin se leva. Léon et Yvain s'approchèrent de lui. Avant d'interroger le serviteur de Prince, le Chevalier jeta un coup d'œil à ce que le jeune homme avait examiner aussi attentivement.

Un faucon mort au dos gris-bleu avec une flèche plantée dans son petit corps. La mort devait être récente. Le sang était toujours rouge. Sir Léon reconnut ensuite la flèche. Au vue de son empennage, elle appartenait à Arthur.

Le Chevalier regarda Merlin. Le jeune homme venait de la campagne et les campagnards faisaient toujours attention aux signes... Et ce faucon qui portait le même nom que lui pouvait en être un.

Merlin ne remarqua pas l'attention dont il était l'objet. Il observait la direction qu'avait prise la chouette en s'en allant. Confusément, il sentait qu'il s'agissait de la direction de Camelot. Était-ce un message d'Eolhsand ? Sans oublier qu'au moment où la chouette l'avait touché, il avait cru entendre la voix de la Barde.

Terre... Colère...

Leur lien était coupé mais Eolhsand lui avait dit que sous le coup d'émotion forte, il pourrait peut-être percevoir un écho de ses pensées. Était-ce ce qu'il venait d'entendre ?

Il devait parler à Eolhsand mais sans Sweostor, cela lui était impossible pour le moment. Il priait pour que la petite Dragonne revienne rapidement de sa nouvelle expédition.

...


(1) Merci à Alexandre Astier pour cette idée^^